La conférence annuelle d’Economic African Renaissance (E.A.R.), un groupe de réflexion indépendant basé au Canada, qui fournit des recherches axées sur les défis et les opportunités liés au développement durable en Afrique, s’est tenue en Côte d’Ivoire, à Azalai Hôtel Abidjan, le 29 octobre 2018. La conférence avait pour thème : La Formation Technique, moteur de croissance de l’industrie minière responsable en Afrique.

Au cours du panel d’échange, l’intervention de Monsieur Mohamed Diakité, directeur général de REA a porté sur les initiatives menant à la création d’un Centre d’Excellence de formation minière en Afrique.

Lors de ces riches échanges réunissant les principaux acteurs du secteur des mines, le Directeur de REA après avoir décrit l’économie du secteur en Côte d’Ivoire a évoqué l’importance de la qualité de la  formation professionnelle pour la compétitivité des entreprises et l’employabilité des jeunes des régions concernées. Il a en outre mentionné les initiatives privées et publiques notamment le projet de Centre sectoriel des métiers des mines à Man.

Selon les analyses de l’Observatoire sectoriel mines et extraction-SEETFP : nous assistons à une mutation des besoins en compétences recherchées due au progrès technologique. Les systèmes d’extraction et de traitement sont automatisés et intègrent de plus en plus de l’électronique et de l’informatique. Ainsi les métiers tenus par des ouvriers faiblement qualifiés disparaissent progressivement.

Les emplois font de plus en plus appel à des professionnels responsables et autonomes. L’utilisation de logiciels spécialisés (de cartographie, d’exploration, d’exploitation minière, de gestion des stocks…) se généralise pratiquement à tous les niveaux hiérarchiques. Et ces nouvelles formes d’organisation du travail entraînent de nouvelles postures managériales.